>> Table des matières

Le "Tour des Hautes Alpes"

18 cols de montagne en 9 jours à 10 Fiats - sponsorisés par Axel Gerstl

Du 28 Août au 5 Septembre 2015 dix petites Fiat 500 ainsi que leur chauffeur et passagers, accompagnés d’un transporter Mercedes contenant des pièces de rechange ont entrepris un voyage audacieux du lac Léman à Nice, le "Tour des Hautes Alpes». Leur objectif était de surmonter 18 cols de montagne en 9 jours – même si à la fin, il s’agissait de 19, comme Angelika Schlegel le raconte dans son rapport de voyage tant attendu et publié dans l'édition annuelle de la Fiat 500 IG Munich.

Tour des Grandes Alpes

9 des 10 propriétaires des petites 500 venaient de Suisse, dirigés par l’organisateur du voyage Hans Fluri (Fiat 500 Club de Suisse) dans sa Fiat Abarth. Angie Schlegel dans sa Fiat 500 D construite en 1962, représentait la collectivité Fiat 500 IG Munich. Bien avant le début du voyage elle est entrée en contact avec Axel Gerstl, qui a volontiers accepté de leur mettre à disposition des pièces de rechange.

Déjà au point de rencontre sur l’aire d’autoroute de Würenlos sur l’A1 en direction de Berne, il a fallu remédier à la première panne: Un pneu à plat a dû être remplacé - bien sûr aucune difficulté pour les bricoleurs ingénieux. Les problèmes plus importants ont été plutôt rencontrés du côté de l'orientation. Malgré les informations routières détaillées de Roadbook ils se sont perdus après Thonon-les-Bains. Les demi-tours des dix Fiat 500 ainsi que du transporteur sur cette route étroite ont valu beaucoup d'efforts aux conducteurs des véhicules. Mais la peine n’a pas été en vain car en atteignant le Col du Feu, ils ont ainsi pu franchir un autre col non prévu sur l’itinéraire d’origine.

Tour des Grandes Alpes

De retour à l'itinéraire initial, bonheur, satisfaction et certainement un peu d'orgueil aussi envahirent tous les conducteurs. Après tout, les quatre premiers cols prévus avaient pu être franchis sans difficulté. Le lendemain, le trajet continua en direction du Col de Meraillet d’où on peut admirer le magnifique panorama sur le barrage de Roselend. Après Cormet de Roselend il a fallu faire face une fois de plus à un problème avec le moteur de l’Abarth de Hans Fluri. Les réparations nécessaires - nettoyage de presque toutes les pièces, remplacer les bougies d'allumage, etc. – ont été effectuées sur un petit parking du village de Bourg-St-Maurice près de Val d'Isère.

Tour des Grandes Alpes

L'étape suivante a mené les dix petites Fiat 500 au sommet routier le plus haut d’Europe, le Col de l'Iseran (2.764m) en direction de Modane, où là encore des travaux de réparation ont dû être opérés: le carburateur de Angie Schlegel a été boulonné, les bougies d'allumage de l’Abarth nettoyées, un ventilateur serré et un alternateur remplacé pour repartir ensuite vers St-Michel-de-Maurienne à travers le Col du Télégraphe, un objectif intermédiaire peu spectaculaire sur le chemin du Col du Galibier où a été atteinte et fêtée avec joie la première moitié du parcours!

Tour des Grandes Alpes

Malheureusement pour l’Abarth de Hans Fluri, le Col du Galibier, allait être sa dernière étape. C’est lorsque la fumée du compartiment moteur a commencé à augmenter au fur et à mesure, que rapidement il a été clair que le démarreur avait complètement brûlé. A travers Briancon et jusqu'à Guillestre l’Abarth a dû être transporté dans le fourgon. Les dommages après révision à Guillestre s’avérant irréparables, on la rapatria avec le train pour laisser le fourgon à disposition en cas d'autres «urgences». Hans Fluri continua son voyage aux côtés d’Angie Schlegel dans sa petite Fiat 500 D devenu ainsi le véhicule de tête.

Tour des Grandes Alpes

Après le col de la Cayolle – qui d’après Angie Schlegel a été l’un des cols les plus variés et plus beaux du voyage – le trajet continua vers Valberg en direction de Nice, l’objectif final avec plus que quatre cols à surmonter entre le cortège de Fiat et le drapeau d’arrivée.

Tour des Grandes Alpes

Malheureusement, avant le dernier col, c’est au tour d’une autre 500 d’abandonner, cette fois-ci c’est la transmission qui lâche. Le 2 Septembre, un peu décimés c’est l’arrivée à Nice - mais à temps - avec huit petites Fiat 500 et une dans le fourgon.

Tour des Grandes Alpes

Dans l'ensemble, les dix Fiat 500 ont recensé lors de leur tour des Alpes les dommages suivants: un alternateur défectueux, un écrou d’alternateur relâché, une vis de ventilateur vascillante, quatre pneus avant usés, des écrous de carburateur relâchés, trois pneus crevés, une batterie faible, un anneau de siège de soupape lâche, un carburateur mal fixé, un arbre de transmission sans denture, un ressort de couvercle de soupape avec du jeu, une direction et barre de direction cassées. En guise de consolation pour toutes ses contrariétés, ils terminèrent leur séjour en passant deux jours agréables de plus dans le sud de la France à Cannes et ensuite en Italie au bord du lac Majeur avant de se séparer et se dire au revoir le 5 Septembre.

Tour des Grandes Alpes

Angie Schlegel conclut son récit avec ces mots: „Le voyage a été, comment dire, impressionnant, grandiose, gigantesque, énorme, fabuleux, fantastique, phénoménal, colossal, époustouflant, à couper le souffle.“

Tour des Grandes Alpes


  • Col du Feu (1.117m)
  • Col de Jambaz (1.027m)
  • Col de la Colombier (1.613m)
  • Col de Aravis (1.486m)
  • Col des Saises (1.650m)
  • Col de Méraillet (1.605m)
  • Cormet de Roselend (1.968m)
  • Col de l'Iseran (2.764m)
  • Col de la Madeleine (1.746m)
  • Col du Télégraphe (1.566m)
  • Col du Galibier (2.642m)
  • Col du Lautaret (2.057m)
  • Col de Vars (2.108m)
  • Col de la Cayolle (2.326m)
  • Col de la Couillole (1.678m)
  • Col-St-Martin (1.503m)
  • Col de Turini (1.604m)
  • Col Castillon (706m)